Photo-blogue : préparer un jardin

June 3, 2013

Salut! Lorsqu’on prépare un jardin il y a toutes sortes de choses à prendre en considération et ça peut paraître très complexe. Pourtant, bien qu’il faille y mettre du temps ce n’est pas si compliqué qu’on pourrait le penser et les résultats sont très valorisants.

 

Dans ce photo-blogue, je vous présente la manière dont j’ai appris à préparer le jardin au printemps. Gardez en tête qu’il existe plusieurs philosophies et que tous ne fonctionnent pas de la même façon. 

 

Bref, j’espère que ceci vous simplifiera la vie, ou vous donnera le goût de commencer votre petit jardin! 

 

 

La première étape: préparation du sol

 

Au printemps, un jardin existant ressemble à quelque chose de ce genre.

 

Bien que ce n’est pas très plaisant, il faut commencer par enlever toutes les mauvaises herbes! Un outil comme celui-ci est très utile pour les pissenlits; il permet de déterrer la racine en plus du feuillage. Lorsque vous avez des plantes envahissantes comme le pissenlit, l’herbe ou le chiendent, assurez vous de les déraciner, si non elles ne feront que s’étendre encore plus. Comme un jardinier m’a déjà dit: « Elles vont rire de toi! ». 

 

 

Ensuite, on passe le rotoculteur! Il n’est ni nécessaire ni utile de retourner le sol en profondeur. Les microorganismes alliés du jardinier vivent en surface et les retourner sous 30 cm de sol équivaut à les étouffer...

 

Si vous avez du compost fait maison, c’est le temps de l’ajouter et de le mélanger à votre terre du même coup.

 

 

Après avoir passé le rotoculteur, la terre devrait ressembler à ce que vous voyez à gauche de la photo. En bas à droite, vous voyez un bout de terre qui n’a pas encore été touché.

 

Un jardin passé au complet au rotoculteur.

 

Une fois la terre prête, on surélève de longs monticules de terre pour cultiver en plate-bandes légèrement surélevées par rapport aux allées pour circuler. Un bon truc est de se tracer des allées avec une pelle et de placer les surplus de terre de chaque côté. Cette technique fait que si la saison de culture est pluvieuse, votre zone de plantation ne sera pas inondée. Par contre, si on a un été très sec, la culture sur des plate-bandes assèche plus vite le sol. À tout le moins, l’idée générale est de ne pas marcher sur vos zones de plantation pour éviter de trop compacter le sol.

 

Avec un râteau, on vient ensuite étendre la terre sur les monticules pour les égaliser et pour émietter les petites mottes de terre pour faciliter l’ensemencement.

 

Le produit final devrait ressembler à ceci:

 

 

Deuxième étape : semer

 

Lorsqu’il y a encore des risques de gel, il est plus prudent de seulement semer des légumes racines (qui poussent sous terre : oignons, carottes, patates, navets, betteraves, panais, etc) ou des légumes qui tolèrent le temps froid après qu’ils sont germés : salades, épinards. Les fèves, piments, tomates, fines herbes, courges, concombres peuvent être mis en terre une fois les risques de derniers gels passés.

 

Selon ce que vous plantez, il y a différents processus. Pour les graines, on creuse de petits sillons tout le long des monticules. Ne les faites pas trop profonds.

 

Après quoi, on sème les graines! Ce petit outil est le meilleur ami d’un jardinier côté qualité/prix/utilité.

 

 

Ensuite, vous pouvez simplement rabattre un des côtés du sillon de surplus sur vos graines, selon la profondeur recommandée pour chaque type de semence.

 

Il  est, par la suite, très important de presser la terre pour que les graines soient bien en contact avec le sol.

Si vous plantez des légumes comme des oignons, plantez-les à environ 8 cm d’intervalle. Il est plus facile de les placer sur la terre pour commencer et d’ensuite les rentrer un peu dans le sol pour leur cacher la tête et les recouvrir.

 

Si vos carottes sont attaquées par un insecte appelé la mouche de la carotte, ce filet est la meilleure solution pour déjouer cet insecte nuisible sans aucune utilisation de produits chimiques. Une fois placé sur votre plate-bande, il faut prévoir quelque chose pour le maintenir au sol et l’empêcher de s’envoler. On peut en trouver en ligne (chez Lee Valley par exemple) et cela empêche les insectes de s’infiltrer dans le sol, tout en laissant passer la lumière et l’eau de pluie. Il est aussi important d’alterner l’emplacement de vos légumes annuellement. Certaines plantes, quand on les met côte à côte, ont un effet bénéfique pour éloigner les insectes nuisibles, ce qu’on appelle le compagnonnage.

Finalement, si vous avez des plantes qui ont besoin de beaucoup de nutriments, vous pourrez ajouter un peu de compost fait maison le long de votre rang de légumes, une fois que les plants seront sortis de terre. Vous pouvez aussi utiliser des produits naturels comme la farine d’os et la farine de sang que vous saupoudrez sur votre rang. Ils sont facilement solubles dans l’eau.

 

(Il va y avoir un blogue sur comment faire votre propre compost au courant de l’été)

 

 

Et voilà! Vous serez bientôt prêt à récolter les fruits de votre dur labeur!

 

 

 

Tags:

Please reload

Posts à l'affiche

Offre d'emploi - coordonnateur à la recherche

July 26, 2016

1/2
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags